Ronde Castraise - Cyclo Sportive

30 avril 2017

Retour sur la Castraise.
Une cyclo sportive que j'avais pas refait depuis 2014. Le parcours a changé depuis.
J'ai eu l'occasion de faire se circuit en reconnaissance un bon mois avant.

Inscrit au dernier moment le vendredi précédent, je voulais être sûr que la météo soit correcte.
Dans le Tarn, et particulièrement sur Castres et au delà, il fait mauvais temps au moins huit fois sur dix presque, le jour de la course.

Cette fois, pas de pluie ou de grand froid annoncé.

► Strava - Ronde Castraise

Le départ est à 9h. Je pensais que c'était 8h30 et je me retrouve sur place un peu trop tôt vers 7h.
Récup de la plaque, au parc expo où a lieu le départ arrivée. Petit déjeuner pour ceux qui veulent.
Le soleil est déjà bien présent.

Plus de 1000 inscrits sur les 3 parcours qui composent cette épreuve. 133 km pour la Castraise, 96 km pour la Sidobre, et la Vabraise 63 km.



8h30 après un petit échauffement, je rejoins la grille de départ.
9h gaz.
Sortie de ville derrière la voiture ouvreuse, c'est tranquille.
Au bout de 3 km, c'est parti pour la course au pied de la première petite bosse. C'est pas long sur deux km, mais vu comment ça roule autant dire que c'est très dur d'entrée. A froid, le cardio s'envole, et le paquet s'étire rapidement.
Trop rude de suivre le rythme, je fais gaffe de pas trop me mettre dans le rouge foncé.
Si le temps est bon avec un beau soleil, il y a aussi un fort vent d'autan.
On l'aura de face ou de trois quart avant pendant 70 bornes environ.

Une petite descente arrive rapidement pour souffler un peu. Les cassures sont déjà faites et deux ou trois groupes sont formés.
A partir de là, faut rester dans le rythme du groupe autant qu'on peut.
Le début de parcours sur une douzaine de km est vallonné jusqu'au pied de la bosse de Montredon.
7 km de grimpette plutôt rude au début en bas.

Ce début de circuit bien bosselé est très dur en mode course. Et avec le vent de face, c'est dur à gérer.
Passé le village de Montredon, on file vers Saint Pierre de Trivisy. Les petites côtes s'enchaînent sur une quinzaine de bornes.
Je roule plutôt dans le dur encore, dans un groupe qui temporise pas trop pour le moment. On reprend quelques concurrents parfois, et d'autres reviennent depuis l'arrière.



Après Saint Pierre, le profil est plus calme. Un petit changement de direction sur trois km nous fait profiter d'un peu de répit avec le vent qui passe plutôt de trois quart arrière sur cette partie. profil descendant en plus, ça roule bien et sans trop forcer.

Km 40, longue descente vers Lacaze. Une petite bosse intermédiaire passe bien.
Ensuite vers le km 50, on entame la longue remontée vers Lacaune, en passant par Viane et Gijounet.
Le rythme est un peu moins rude, et je me sens un peu mieux surtout.
Le vent souffle fort de face dans toute cette partie. Le profil est montant mais pas très dur.

L'entrée à Lacaune km 68 environ, se fait par une bosse un peu plus raide. On a dépassé la mi course.
Le temps par ici est moins heureux que du côté de Castres. Grisaille et léger petit crachin à peine perceptible.
Dans le village, on en a terminé avec le vent de face.
On poursuit encore sur cinq kilomètres en montant un peu jusqu'à Sagnens, et au delà pour passer le Col de la Bassine.
Altitude de quasi 900m.
Toujours un peu dans la grisaille, mais c'est largement supportable côté température.
Le vent aidant et avec un peu de monde pour prendre quelques relais, ça va plutôt bien maintenant.
Le rythme course c'est toujours plus ou moins rude, mais je me sens bien.



Après quelques km sur le point le plus haut du parcours, on commence à perdre de l'altitude.
25km sur un profil majoritairement en descente. Petites routes sinueuses en forêt, la température redevient plus chaude, et le soleil réapparaît. 
Le groupe est important, mais ça relais très peu. Un gars du Club de Carcassonne assure l'essentiel du boulot devant. Je fais de mon mieux pour filer un coup de main.
Quelques petits hameaux à traverser, l'allure est rapide sur ces routes globalement.
Km 90 à peine, on se lance dans la longue partie descendante pour rejoindre le village de Vabre.

Derrière le village, il nous reste 35 km de course. On repart dans un peu de dénivelé positif avant de plonger vite fait sur La Ramade.
La chaleur est bien présente maintenant. Bon c'est loin d'être la canicule n'ayez pas peur, mais une température aussi chaude sur une Castraise, ça mérite d'être souligné.

Petite côte vers le Château de Ferrières, une descente très sinueuse avec trois ou quatre virages serrés, et puis ça va piquer aux jambes sur la dernière grosse bosse. 
Dès la traversée de L'Agout en bas, ça attaque fort pour trois km qui comptent.
Je passe bien cette grimpette et en termine quasiment devant le groupe.

Sur le plateau au dessus de Guyor on a quinze bornes de routes descendantes. Allure très rapide dans les roues.
Village de Saint Salvy, le rythme élevé se poursuit encore sur une dizaine de km. L'allure moyenne est au dessus de cinquante à l'heure.



Au 125 ème km, on braque tout à gauche. Montée de Saint Hyppolite. Trois petits km, avec un bon mur d'entrée pour bien calmer tout le monde.
Le groupe s'éparpille vite. je suis encore bien dans le rythme, et je sors de la bosse devant avec un autre gars.

A partir de là ça file fort vers Castres par la route des Crêtes.
Tout le monde en file indienne, c'est du très rapide. 
L'entrée dans la ville à la fin de la descente se fait à plus de 70 km/h. Le vent pousse et c'est assez surréaliste la vitesse !

Le final c'est à bloc sur les deux derniers km en ville. Même dans les roues, j'ai du mal à tenir le rythme, ça appuie comme des sourds devant.
Le dernier km dans les ronds points, ça revient par l'arrière, et je me fais griller d'une dizaine de places. Plus assez de jambes pour ce rythme de furieux.

Passage de la ligne vers 13h17.
Classé 70 ème au scratch général, et 15 ème des vieux de ma catégorie. 
4h17 de course - 2200 m de D+



J'ai eu la forme tout le long sans faiblir. Le cardio a été bien haut tout le temps, pas de fatigue durant un peu plus de quatre heures, donc j'ai la pèche.
Il me manque du rythme au début pour pouvoir passer un peu mieux les vingts premiers km peut être, et surtout la première bosse au contact des premiers groupes.
Ce parcours vers Lacaune je le trouve mieux, que celui qui passe par Lacrouzette, Brassac et La Salvetat, mais il est certainement plus dur et plus sélectif aussi.
Et mon nouveau cadre Willier marche fort il me semble. Surtout quand ça grimpe. Vivement la montagne !

Une bonne cyclo sportive qui me convient. Et quand le temps est bon, la Castraise est parfaite en début de saison. Y a juste le vent à gérer, mais ça vaut largement mieux que la pluie ou la grosse pelante.

Sur l'aire d'arrivée, les coureurs ont de quoi se restaurer avec un plateau repas bienvenu. J’étais plutôt affamé encore.Et pour réhydrater efficace, le stand bière est juste à côté.

Remise des prix vers 14h30.
Bravo et merci aux organisateurs pour cette 17 ème Ronde Castraise.
A la prochaine.




Causerie :

Taper la causette :-)