Deux jours Epic

18 mai 2014


Samedi 17 & dimanche 18 mai, on est revenu sur les traces de l'Epic pour peaufiner la prépa TransV.
Du beau pour les yeux, du bon pour la tête et les jambes, du lourd en descente, bref que du plaisir encore !



Un petit groupe de quatre ou cinq, un bistro central, un gite sympa, un grand soleil méditerranéen, tout ça nous donne
deux jours qui vont bien.

Xavier, FredPax, Jérôme, Jacques et moi, voilà pour le casting.

Cette dernière grosse sortie avant la balade niçoise m'a permis de rouler (enfin) avec une tige de selle télescopique. 
Après quelques réglages, je commence à trouver mes marques avec cet accessoire. Il fallait tester ça et c'est fait. Encore quelques sorties pour s'y habituer définitivement.

https://plus.google.com/u/0/photos/+YvesPag%C3%A8s/albums/6015394474159666705Le samedi 48 km et 2500 m D+.
La boucle 1 des antennes du Naudech, avec 3 belles descentes plus ou moins techniques et ensuite on enchaîne la boucle 2 pour aller chercher la pulpeuse descente ultra remuante de Bardou.  Pulpeuse car elle te décolle la pulpe et les plombages. 
Grimpée par les Gorges d'Héric, c'est excellent ! La petite boucle d'une douzaine de km est splendide en montant et en descendant.


Entre les boucles, le café relais du Caroux sur la place principale est le point central du trèfle des parcours. Inutile de dire qu'avec le beau temps, la terrasse ombragée et la soif naturelle du vététiste, la halte est obligatoire. Binouze et petit graillou avant de se remettre en selle.


En début de soirée, passage au restau, nuit au gite et en piste le lendemain pour un deuxième jour un peu plus léger, mais tout aussi intense en sensations.

Le dimanche 45 km et 2200 m D+
La boucle 3 avec la mini jurassik en apéro pour se mettre en jambes et en joie, et ensuite deux descentes gros débattement, avec celle des Pylones et de la Colombière. 
Au final du circuit, une pause repas avant d'attaquer la bosse de Montahut. 
Grimpée par le petit hameau de Les Horts et le GR7 en haut.
Arggh!! 

Une bosse à oublier. C'est pas adaptée du tout au vtt. 2h30 pour la grimpette dont plus d'1h30 de portage difficile et pas heureux.
La route au début avec des pourcentages assez copieux, puis le chemin jusqu'à la maison du Sécadou. C'est sympa à faire cette première partie. Dommage que la suite soit inintéressante pour du vtt.
Ça se corse à l'entame du GR7. Très accidenté, mal entretenue car peu de passage vers le Col des Landres.
Y a pas beaucoup de place avec le vtt sur les épaules, ça traîne en longueur, et seuls quelques passages très brefs sur la deuxième partie, sont bons à rider.
A la fin c'est carrément de la varappe sur un passage accroché aux rocailles avant de continuer à grimper encore sur du minéral vers le Col de Peyre Azent.  
C'est un sentier très bien à faire en pédestre, mais avec le bike c'est pas bon.
On a pris le temps certes mais c'est très très long, préférez la montée plus directe par Auziale.



Le final classique de la bosse est lui de toute beauté à une altitude de mille mètres. 
La descente de Montahut est elle toujours aussi bonne, longue, costaud et technique. J'ai enfin pu passer la grosse marche en fin de première partie. 


Retour sur la ville en fin d'après midi avec une halte à Olargues pour se réhydrater.
Un super weekend vtt encore.

Merci à tous et à la prochaine par là-bas. C'est tellement bon.
Prochaine session épique à l'automne certainement maintenant.










































Causerie :

Taper la causette :-)