Les Côtes Gasconnes

27 juin 2010

Fontenilles 8h du mat.
Les Côtes Gasconnes sont toujours là au même endroit depuis 6 ans maintenant.
Le nom de ce raid rando reflète bien la réalité au fond car des côtes, il y en a partout et tout le temps le long du parcours, c'est l'impression qu'on en a du moins.

La journée s'annonce chaude sous les casques.
On est une bonne douzaine du club pour choisir un des parcours de 26, 45 ou 73 km.


Quelques formalités administratives pour s'enregistrer, vous repartez avec une enveloppe contenant la plaque et le ticket bière-saucisse.
Passez au café pour ceux qui veulent finir de se réveiller et filez sur la ligne pour lancer la partie de manivelles.
Ayant fait l'Ariégeoise la veille pour quelques uns, tout le monde ne part pas pour le grand parcours.
Une fois n'est pas coutume de faire les circuits les plus courts, mais 45km me suffiront certainement, vu que les jambes sont un peu dures au départ.

Le Yeti nouveau étant arrivé, c'est son premier roulage.
On démarre en groupe tranquillement sur le parcours habituel du début qui nous amène vite vers le premier sentier rempli de monde et aussi de boue.
Ça bouchonne copieusement. Il fallait partir devant, pour éviter le petit train pédestre.
Direction Pujaudran avec quelques portions routières et quelques sentiers pour se retrouver aux portes de Bouconne.

On longe le petit Canyon de haut en bas.
Superbe sentier tout en enfilade pendant 3km environ, un régal pour tout vététiste et un pur bonheur avec le Yéti.
Je découvre le tout suspendu et le moins qu'on puisse dire, c'est que ça fonctionne bien. Confort, rendement et précision de pilotage sont là.
Lasserre et le premier ravitaillement se présente au bout de 15 km.
Les friandises habituelles vous attendent, mais c'est surtout sur les crêpes que la plupart se concentrent.

Quasiment toute la bande de Maillons se retrouvent d'ailleurs sur ce ravito.
A la reprise on a le choix de poursuivre sur le grand circuit ou de se rabattre sur le petit.
Bon finalement on opte tous pour le grand de 73 en se disant que en roulant cool, ça devrait se faire.
C'est du reste la meilleure partie du raid qui nous attend sur les trente prochains km, la plus dure aussi.
Le changement de relief est très net maintenant, on se dirige droit vers le Castéra par une série de bosses tout en montagne russe.
Succession de montées descentes biens raides. Ça grimpe sec à chaque côte.
Passé le village, deuxième série bien pire encore. La dernière est quasiment monstrueuse.
Elle se passe pourtant au prix d'un effort terrible, des pourcentages énormes à presque 30% selon le gps.
On retrouve le calme sur la route pour continuer vers le lac de Thil, chemins et sentiers peux connus de la région, des petits singles tortueux qui s'enfoncent dans les bois.

Tiens, un ravito! On se remet volontiers une petite couche de crêpes avant de repartir dans le vert du décor qui nous remet encore quelques petites bosses piquantes.
Le parcours est malgré tout moins exigeant physiquement maintenant, mis à part ce fameux chaume à gravir qui est épouvantable.
Sous le cagnard, trois ou quatre cent mètres de forte pente sur un champ d'orge fraîchement moissonné. Aaaargg!!!
Descente route sur le hameau de Larmont et liaison par les chemins jusqu'à Lasserre pour retrouver de nouveau le ravito. Il reste des crêpes. Ouf!!
Fromage, boisson, chips, tout se qu'il faut pour reprendre des calories pour la fin.

Un mot sur le balisage. Il est bien présent mais pas toujours évident.
Souvent placé après les croisements ou changements de direction, il faut être vigilant.
Dernière partie à venir avec une trentaine de km encore.
Chaleur et sueur à tous les étages.
On repart vers Lias avec une liaison de 15 km environ passant par Merenvielle, les hauteurs de L'Isle Jourdain et Pujaudran. Encore et toujours des successions de petites côtes casse patte.
Pas mal de portions goudron sur cette partie plutôt monotone et lassante surtout que le soleil nous aide pas.
L'idéal aurait été de partir très tôt le matin.

Peu de monde sur les circuits, la plupart auront sans doute préféré le 45km.
Dernier ravito à Lias, on s'arrête bien sûr. Pas question de louper les dernières crêpes.
Il nous reste encore 15 bornes et c'est pas simple à envisager.
Il est déjà tard, presque 13h mais on décide de faire l'effort de finir malgré tout.

La fin du parcours s'améliore, on retrouve des singles joueurs sur les quinze derniers km.
On revient sur Fontenilles avec 77km au compteur pour 4h40 de roulage avec 1500 bon mètres de dénivelé.
Sacré boucle.

A l'arrivée, toute l'équipe à GG s'affaire pour servir le dernier ravito bien mérité pour les affamés qu'on est devenu.
Après avoir grimpé toutes ces côtes, inutile de dire que bière et saucisse, ça se descend très bien.

Des Côtes Gasconnes chaudes et dures en 2010 avec beaucoup de monde encore cette année.
Plus de cinq cents vététistes, c'est un super score.
Rendez vous en 2011 pour la septième.

Bravo et merci.

Causerie :

Taper la causette :-)