Rando Silex

5 octobre 2014

Depuis 2009 j'étais pas revenu à la Silex.

Rien de spécial de prévu en vtt ce dimanche 6 octobre, alors on prend le vtt, la petite famille et le Kangoo de compet pour rallier la Dordogne et aller camper au bord de la rivière. Enfin, camper n'exagérons rien, on va au camping plutôt.

Camping La Vézère Périgord, à 5 km du départ, juste après Tursac.

On fait un passage aux inscriptions le samedi soir pour retirer le package habituel, la plaque, le bracelet de chrono, et voir comment ça se présente pour le lendemain.
Il y a quinze jour à La Meije, j'avais le numéro 216, et là j'ai le même numéro ?!!! :-)


Le site qui accueille cette rando n'a pas changé, c'est toujours au Camping Le Paradis, qui mérite amplement son nom. Un endroit plein de charme, de saveur et superbement arboré.
On chôme pas sur place, direction le bistro pour un petit apéro léger avant de rejoindre la pasta partie proposée par l'organisation.

https://plus.google.com/u/0/photos/111665062744932416745/albums/6067427291646920721

La chaleur du jour laisse vite la place à la grosse fraîcheur de la soirée et de la pluie est possible durant la nuit.
Dommage le weekend s'annonçait pas trop mal côté météo.
Retour vers les piaules après le repas et au pieu de bonne heure.
Les nuits au campings sont toujours de qualité, même si pour ma part je dors jamais bien profond, mais cette fois ça n'a pas été simple l'épisode nocturne.
Le camping en lui même est agréable, mais à éviter à l'automne je pense.
Pas que ce soit pas bien, loin de là; les chalets sont sympas, l'accueil est bon, le site très au calme, la piscine chauffée, pas cher, etc, tout est ok finalement.
Le petit hic c'est la nuit que ça devient marquant, parce que dormir dans un chalet avec des glands qui bombardent la toiture toute la nuit, c'est pas évident. Quel raffut !!
Surtout que les chênes par là-bas ils mesurent plus de dix mètres, donc ça arrive avec élan le gland contre la tôle. Ceux qui ont le sommeil lourd ça doit pas poser de problème, mais sinon n’espérez pas dormir beaucoup avec ce joyeux concert.
On a eu droit aussi pour faire bonne mesure, à un groupe d'abrutis de rallymen qui se croient seul au monde, en arrivant après minuit et en partant à 5 h du mat. On reste là aussi dans le domaine du gros gland avec ces individus.

Bon sinon le matin tout va bien, il a plu un petit peu comme prévu. C'est tout juste mouillé à découvert et sous les arbres quasi sec. Donc ça devrait pas être un problème pour les parcours.


8h, on se laisse descendre vers le départ. Le start est donné à 9h pour le grand parcours de 60 km. Les autres circuits partent en vague toute les dix minutes derrière.
Les sangliers sont déjà en train de se faire dorer au coin du feu. Vivement l'arrivée !
Beaucoup de monde à la Silex comme chaque année. Le comptage des éditions est simplifiée chaque année. 2014, c'est la quatorzième édition,
Environ 1400 personnes au départ. 300 sur le grand parcours, la plupart des autres sur le 40 km et pour le reste sur le 20 km.

On est 4 au départ, Patrick, Jérôme et moi sur le 60 et Marie Pierre sur le 20.
Départ type Bol d'Or. Les vtt de chaque côté du champ et les furieux au milieu.
La Silex c'est annoncé comme rando, mais y a un chrono et c'est clairement le mode course adopté par les participants.


Ce type de départ ajoute un peu de fun et de frénésie pour tous. Mais ce serait encore mieux si au lieu de ne faire que dix mètres de course à pied, on devait faire un petit sprint de cinquante ou soixante mètres.
Vous posez pas de question, ça démarre comme des bourrins, à fond direct.

Même si la saison est plutôt finie, j'étais pas venu pour la faire en touriste celle là. Je me sens en très bonne forme encore et donc j'y vais bon train. Mais je fais gaffe sur les premières parties très très roulantes, inutile de laisser trop de jus d'entrée.
Les bords de rivière à trente à l'heure quasiment avant de grimper un petit peu sur les hauteurs. Des bosses pas violentes où faut juste emmener du braquet.
Quelques petits singles sympas et une petite descente monotrace pour rejoindre Saint Léon sur vézère.
Après le village, le somptueux passage du parc préhistorique et la bordure sous les falaises. C'est le top de la rando par ici.


Globalement, c'est très roulant sur cette première partie. Au dessus de vingt de moyenne sur les quinze premiers km.
La navigation continue ensuite sur un rythme toujours élevé vers Les Eyzies. Une grosse vingtaine de km vallonnés mais en majorité sur des pistes, chemin ou routes.
Les sentiers ne sont pas en surnombre, c'est dommage. Par contre chaque fois qu'on en a un sous les roues c'est splendide et joueur. J'ai souvenir de quelques passages déjà fait en 2009 dans l'autre sens qui étaient du coup bien meilleurs alors. Monter une monotrace et descendre une piste c'est moins heureux que l'inverse.
Quelques grimpettes sentiers un peu coriaces par endroits, ça fait du bien, même si ça fait mal !

Depuis le départ je roule au plus fort et je sens que j'ai la pêche. Le cardio reste très haut tout le temps. On est quatre ou cinq à rouler dans le même rythme. Et je retrouve Jean Marie le Girondin (Club Les Déjantés, du côté de Libourne) que j'ai connu à la TB09, toujours à fond avec son Décathlon collector. Au plaisir de se retrouver une prochaine fois.

Pour rejoindre Les Eyzies, on se fait deux ou trois supers descentes dans ces forêts chargées d'histoire. Toujours un régal ces sentiers.
Le temps du jour est bon, il fait pas chaud, ciel couvert plus ou moins, mais pas de pluie surtout. Le terrain est impec. Le petit crachin de la nuit à enlevé la poussière et le grip est parfait.


Et puis en Dordogne, faut pas oublier de lever les yeux du cintre pour profiter des paysages. Bon j'ai pas trop levé la tête aujourd'hui, mais les quelques images captées par ci par là sont superbes.

Trois ou quatre ravitaillements permettent de faire une pause. Aucun arrêt pour moi, le sanglier est surement déjà rôti, alors gaz jusqu'au bout :-)
Un mot sur le fléchage, excellent. De nombreux panneaux indicatifs de direction ou autres infos variées. De la rubalise un peu partout. Y a aucun moyen de se perdre, même en roulant en mode course.


La dernière partie du parcours est la plus fournie en sentiers divers. Rive gauche de la rivière pour remonter le long des méandres, on grimpe à deux ou trois reprises pour dévaler ensuite de très bons dénivelés négatifs. Après une bosse relativement longue sur un chemin qui n'en finit pas de grimper, le long single pour redescendre est absolument géant et durable. Enfilades très rapides entre les chênes, c'est sensass tout le long.
Et quand t'es encore en forme, c'est grisant là-dedans.

Allez dernière petite grimpette sur route et chemin pour enquiller une autre trace sauvage et bienvenue. Depuis quelques temps maintenant c'est un pur régal cette Silex et on retrouve de belles sensations sous les roues.
Le rythme a pas faibli et on s'est quelques peu éparpillés au gré des passages plus ou moins techniques.


Les trois derniers km on retrouve le calme plat de La Vézère qui nous ramène au point de départ. J'ai plus trop les jambes maintenant pour maintenir une allure à bloc et les crampes sont pas loin. Je termine au mieux cette belle balade en Périgord.
Je passe le tapis de chrono en trois heures, trois minutes. Vingt de moyenne, c'est du très roulant comme profil. Parcours de 61 km au gps. 1400 m de D+
Sur le classement je termine douzième.

Le premier c'est Christophe Basson, ancien pro de la route, qui annonçait tout haut les pratiques en vigueur et qui a toujours refusé la piquouse.
Ça lui a valu beaucoup de désagréments, une mise au pilori par son "propre" milieu, la presse et plein d'autres, mais en contre partie il peut sans problème se regarder dans une glace, ce qui est loin d'être le cas du monde pro globalement et de plein d'amateurs aussi, mais chuuut !!!
Bref, c'est un type bien, et tout le monde s'en rend compte maintenant avec 10 ou 15 ans de retard.
En tous cas, bravo pour sa carrière, sa façon de voir, de faire et d'analyser le monde du cyclisme qu'il connait bien et tout ça sans rancune en plus.
Un exemple à suivre.


Bon sinon, passé la ligne je retrouve une autre connaissance qui est venu pédaler dans un tout autre registre que par chez lui. Thierry Soula, organisateur du Raid des 3 Vallées dans les Hautes Pyrénées (Oloron Sainte Marie). Si vous aimez les longues aventures montagnardes sur trois jours, c'est fait pour vous ça.

Et puis le bain de foule est très bon sur l'aire d'arrivée, les sangliers sont pas tout à fait cuits, on attend les copains proche du manège carré (le stand Hoegaarden)
Un peu plus loin, vous échangez votre bracelet de chrono contre le tee-shirt Rando Silex.
Et si vous voulez changez de bike dans le futur pour une transmission par courroie et boite de vitesse intégrée, vous pouvez reluquer les vtt SVO conçus par Thierry de SOS vélo.

On se retrouve rapidement avec Patrick, Marie et Jérôme pour le repas du jour. Soupe, salade, sanglier à la broche, haricots et fromage dessert.

Retour au camping en vtt avant de repartir en soirée.
Un super weekend vtt !

La rando Silex est devenue très roulante globalement, avec néanmoins de splendides passages purement vtt, mais bien trop courts sur l'ensemble du circuit.
Ça reste des parcours facile à aborder pour la plupart des vététistes, selon la pratique et le niveau de chacun bien évidement.

Je reviendrai très certainement l'an prochain, avec l'objectif de rouler plus tranquillement, en groupe, plus nombreux j'espère du club et pour profiter pleinement des paysages et d'un bon weekend vtt tourisme.
A noter un point excellent qui a été amélioré par rapport aux éditions que j'avais pu faire il y a quelques années. On ne retombe plus maintenant en milieu ou en fin de parcours sur les participants des autres circuits qui sont en mode rando plus cool sur des distances moindres.
C'est un vrai plus dans la qualité du roulage de l'ensemble et selon l'envie ou la forme de chacun. Bravo encore !

Merci aux organisateurs et nombreux bénévoles qui offrent une belle épreuve, et rassemble beaucoup de monde. Que ça continue !


► Strava -          Rando Silex


















Causerie :

Taper la causette :-)