Bruniquel - Les 2000 - Replay

17 avril 2017

Le jour J au début du mois, on était resté sur un sentiment inachevé et bien insuffisant, en allant à Bruniquel pour le Raid des 2000.
Le temps s'était mis en vrac les jours avant pour mieux nous embourber ensuite dans les singles.

Il fallait donc obligatoirement y faire un deuxième passage pour cette fois, retrouver tout ce qu'il y a de très bon en matière de vtt, et apprécier un très bon parcours.
Quinze jours sans pluie avec des sentiers qui ont eu le temps de bien sécher, un jour férié, et une météo estivale, ça tombe pile poil pour revenir sur place, et avoir un supplément raid excellent.



► Strava - Bruniquel - Replay

Sur la place en bas du village, seize personnes au rendez-vous de départ. Une belle troupe !
On est vite fait dans l'ambiance des préparatifs,
Une photo plus tard, on démarre pour le grand parcours de 64 km.
Dans le groupe, certains choisissent d'entrée le 45 km.
On a aussi une option 53 km, au cas où on manque un peu de temps pour boucler le grand.



8h45 ça mouline dans le village.
Première sortie de mes nouvelles roues. Oups ! Ça craque au boitier dès que je mets en traction un peu appuyée. Bon, faudra faire avec pour aujourd'hui.
Cinq cents mètres dans le village, et pim explosion de la chaîne (3ème sortie). Put... ça commence bien !
Réparation rapide ça repart.

Sur le terrain, c'est un régal de retrouver les sentiers de Bruniquel parfaitement secs.
Juste un poil de rosée parfois au tout début.
La première bosse, infernale il y a quinze jours, est excellente maintenant. Ça passe sans qu'on s'en rende compte.
On y voit même dans les sentiers sur la plaine un peu plus haut, les stigmates de la bouillasse épaisse et bien sèche maintenant. Toutes les empreintes de roues sont gravés au sol, créant quelques mini ornières parfois.

Tout est impec, ça roule. Ah non tiens, re pim. Ma chaîne explose de nouveau. Rhoo là ça deviendrait presque agaçant le bazar !
Bon allez on dérive quelques maillons et ça repart.

Le parcours est bien bon. On poursuit les sentiers ondulants. Le terrain sec permet de se faire plaisir partout.
Quelques petites parties descendantes, des sous bois un peu techniques en dévers, un max de monotraces bien sympas, c'est un super début très appréciable.



Jamais deux sans trois, ça c'est de l'expression de circonstance.
Paf, ma chaîne me fait encore des misères pour la troisième fois en dix km environ.
Je la préserve autant que possible, sans trop forcer mais y a rien à faire. Tant que ça roule en moulinant sans trop de tension, ça marche bien, mais dès que les craquements arrières reviennent, ça tient pas longtemps. Les maillons s'ouvrent les uns après les autres.
La valse des attaches rapides continue.
Je me vois pas poursuivre trop longtemps à ce rythme.
En ce lundi de Pâques on voit rien qui cloche en plus. Sur la cassette, le plateau ou le dérailleur, rien qui pourrait faire exploser la chaîne.
Le nombre de maillons diminue à chaque casse, et c'est mort pour me servir des 5 pignons du haut. Chaîne trop courte.
Et comme je peux pas trop forcer non plus au risque de la péter encore, dès que ça force un peu trop, et sur les parties en bosse, je fait à pied ou en trottinant.
C'est pas top comme pratique, mais on y arrive.
Sur les parties roulantes ou en descentes, aucun souci.

Km douze ou treize, on descend de la plaine sur une partie rapide vers Saint Martin.
En bas, on retrouve un très bon single pour longer le ruisseau et remonter vers Mespel.

Le groupe de seize, se retrouve à dix personnes pour faire le grand parcours maintenant.
De Mespel jusqu'au village des Abriols, c'est de la piste roulante.

On va revenir fissa vers le fond de la vallée depuis le patelin.
Descente des Crêtes. Gazzz !!! Sensass et bien sèche. Rapide au début, on plonge ensuite dans les parties plus techniques et qui filent entre les arbres.
Plutôt longue et bien joueuse. De quoi chopper la banane partout dans celle là.



En bas, on déroule un chemin et un chouïa de route, avant de se remettre à la grimpette sur la longue montée de Boulbène.
Excellente monotrace tout le long.
Bon pour faire passer le temps, je me repète la chaîne une quatrième fois, ou cinq je sais plus. On perd vite le compte. Hallucinant ! Jamais vu ça nulle part je crois.
Bon alors qui à des attaches rapides encore ? !! 😊 Heureusement qu'on était dix, ça me laisse encore une bonne marge de progression !

Fin de la bosse. le circuit poursuit sur sentiers et petits chemins.
Saint Paul de Maniac on traverse le hameau. Un peu plus loin une nouvelle monotrace nous emmène sur un petit centre de plein air, au Causse de Magrou.
Km 35. Le soleil est à midi trente, on en profite pour casser la croûte.

Remise en selle vers la suite.
Régalade à venir avec la belle descente de Penne. Rapide au début, bien remuante ensuite, elle se torsade sur quelques gros virages, et vous secoue sur quelques passages. Très bon partout,

Passé ces bonnes turbulences, c'est le calme plat au bord de l'Aveyron qu'on va longer un long moment, jusqu'au petit bourg de Amiel.
Belle bosse à venir. Pas très dure mais faut quand même travailler sérieusement pour la gravir. Assez longue elle fait partie du GR46.
J'en ai bien au moins fait la moitié à pied pour préserver au max ma chaîne.
Je comprends pas, j'arrive plus à la péter 😊.



Question roulage en vtt, c'est assez frustrant de pas pouvoir appuyer sur les manivelles trop fort, et devoir être à pied dans ces belles bosses, c'est pas heureux. 
Mais ça permet quand même de faire le job. 

Sur le haut, le profil continue à monter un peu sur des chemins roulants. Trois ou quatre km pour atteindre la très belle descente au dessus de la carrière.
Extra à faire. Bien technique sur certains passages, étroite entre les arbustes, elle offre une belle variété de sensations.
A trois ou quatre reprises il faut relancer sur dix ou quinze mètres pour gravir un monticule, et replonger derrière. C'est top encore !
Elle finit au bord d'une vieille gariotte écroulée, et se jette sur le GR à nouveau. Super les descentes !

Pour rejoindre Cazals, le pont passerelle sur l'Aveyron.
Dernière bosse qui se profile. Ça passe bien sans trop de difficulté. 1 km à gérer et ensuite sur la hauteur, ça redevient roulant.
Une dizaine de km pour terminer. Ça sent la fin et le rythme devient plus rapide maintenant. Faut pas lâcher les roues dans les sentiers et chemins qui défilent au pas de course pendant cinq ou six km.

Hameau de Senchet, ça envoie jusqu'à Joanny. Je suis presque étonné de pas avoir à nouveau explosé la chaîne depuis le temps.
Juste après Joanny, dans les sentiers rapides, petite descente sur le lavoir pour s'amuser gentiment dans la bonne humeur.
On vient perturber et animer un peu la quiétude de quelques groupes de marcheurs, en train de pique niquer dans les prés.
La monotrace s'étire encore un peu après le lavoir le long du ruisseau, et revient sur des chemins pendant deux bons km. La cadence faiblit pas, le profil de la trace se remet à monter dès qu'on quitte le petit cours d'eau.



Enfin, après un bon petit moment passé en course poursuite, on attaque la descente du Cabéou.
Bien rugueuse par moments, faut tout lâcher et garder fermement la trajectoire. C'est une belle de mieux pour finir.
Regroupement sur la route en bas.
Il nous reste trois petits km de goudron pour rentrer au village. Très bon pour finir tranquillement.

Retour à Bruniquel à 15h.
64km et 1700 m de D+. Un peu plus de 6h en tout, avec 1h15 de temps d'arrêt.

Les vtt au repos, on se met rapido au ravito.
Réhydrater et refaire le plein de bons produits, c'est chaque fois un beau complément de parcours.

Une excellente journée de plus sous le soleil, et avec un terrain parfait.
Le parcours 2017 est superbe et tout bon.
Tous autant qu'on était, on s'est régalé partout à enchaîner ce circuit ludique et bien tracé encore. 
Bon équilibre des difficultés qui passent très bien. 
Quant aux descentes, c'est extra ! 

Peu de vététistes auront pu le faire il y a quinze jours à cause des conditions de roulage, Le circuit est quasiment tout tracé pour 2018 😊.
Bruniquel sous le soleil, c'est toujours merveilleux.

Merci à tous pour la balade.
Et encore bravo au Stone Rider Team pour ce circuit parfait pour le vtt.



Pour les petits soucis mécaniques, on verra en suivant kes ça donne.



16 au départ





Beau village médiéval




Terrain sec, beau soleil, tout est bon aujourd'hui




Les pistes chemins entre Mespel et Les Abriols




JeanMi




Jeff




Christophe




Sylvain




Vincent






Arnaud




Jean Steph




Jean Luc





Freddy




Un peu trop nerveux le Yeti
Les ennuis mécaniques s’enchaînaient aujourd'hui !




Les magnifiques singles - Y en a un paquet




Deux Jeffsy qui se tirent la bourre parfois




Bas de la dernière descente du Cabéou.
Top pour finir !




Retour au village - Une belle journée de vtt encore !




Remise en forme




Une bière lyonnaise bien nommée !




Bon pour la récup




Le Château depuis le fleuve





Causerie :

  1. On attend la suite.......le pourquoi du comment !

    RépondreSupprimer
  2. Une belle journée à rouler, que demander de plus ;)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai passé une super journée, merci à tous.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai passé une super journée, merci à tous.

    RépondreSupprimer
  5. vue la démonstration de run and bike que tu as effectué,pour la suite j hésite entre la pêche au coup et la pétanque.
    remake comme d hab. séquence récup./hydratation tip.top.!!!!

    A++.

    RépondreSupprimer